L'histoire de la Studebaker - Ça roule à mazé

L'histoire de la Studebaker

La 12ème édition de Ca Roule à Mazé mettra à l'honneur une marque oubliée de la plupart des moins de 50 à 60 ans: Studebaker.

Les plus âgés d'entre nous s'en souviennent pour avoir joué avec un coupé Studebaker 1955 ou avoir vu ces voitures sillonner nos route. C'était en effet la voiture Américaine la plus importée en France jusque dans le milieu des années 50.

Les frères Studebaker, fondateurs de la marque, ont commencé en construisant des chariots de la conquête de l'Ouest et l'un d'eux a fait fortune lors de la ruée vers l'or en ayant l'idée de fabriquer les brouettes pour les chercheurs d'or.




Le passage de la carriole hippomobile à l'automobile s'est fait tout naturellement en commençant par ne construire que des voitures électriques avant d'opter définitivement pour le moteur à essence en 1912.




Le style des voitures était particulier, en partie grâce à la collaboration d'un designer Français célebre: Raymond Loewy, à qui l'on doit notamment le logo Shell ou la bouteille de Coca-Cola.



Les voitures étaient fabriquées sur mesure, à la demande du client. Pour l'Aventi en 1963, il y avait 3 moteurs, 4 boites de vitesses, 10 ponts, 3 directions, deux types de suspensions... Si on considère toutes ces solutions mécaniques, la combinaison de couleurs et les aménagements intérieurs disponibles, on arrive à plus de 14 000 versions pour une voiture construite à guère plus de 3 300 exemplaires.


L'entreprise est devenue un empire industriel mais en continuant à fabriquer ses autos de façon artisanale en s'attachant particulièrement à la qualité des produits fabriqués. Les ouvriers de la firme étaient réputés les mieux payés du monde. Après les années fastes de 1950-51, la concurrence acharnée que se livraient les grands constructeurs (Chevrolet, Ford, General Motors, ...) ne pouvait qu'aboutir au déclin puis à la disparition des petits constructeurs indépendants comme Studebaker. Les activités annexes de la firme permettaient d'"éponger" les années successives de perte et en 1966, le dépôt de bilan fut évité. Les patrons de l'entreprise écrivirent alors une longue lettre à tous leurs agents et concessionnaires en les priant des les excuser pour l'arrêt de la fabrication mais en leur garantissant l'assurance de trouver des pièces de rechange pour les 30 ans à venir. Près de 50 ans après, il n'y a aucun problème pour trouver des pièces de rechange pour ces voitures. Tout est disponible en 8 jours par Internet à des tarifs très raisonnables. Le club de la marque est le plus puissant club Américain de vieilles voitures.

Avec 29 records du monde de vitesse battus en 1963 (Avanti), avec la détention de nombreux records de consommation de carburant, dont un étonnant 7,95l/100kms en traversant les USA à 80 KM/h de moyenne, avec un V8 de 165 CV, avec une tenue de route et un freinage très au dessus des normes Américaines classiques, les Studebaker avaient pourtant de quoi séduire. On estime le nombre d'exemplaires en France aux alentours de la centaine, mais au moins 60% ne sont pas en état de rouler.

Ce sont ces voitures rares et attachantes que nous avons choisies de vous faire découvrir.